Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ancienne auberge, dite hôtel des Trois-Marches et maison de villégiature, dite de Belle-Vue, actuellement hôtel-restaurant Le Coq-Gadby, 156 rue d' Antrain (Rennes)

Dossier IA35026347 inclus dans Ancien faubourg d'Antrain (Rennes) réalisé en 2001

Fiche

Á rapprocher de

Destinationshôtel de voyageurs, restaurant
Dénominationsauberge, maison
Aire d'étude et cantonRennes ville - Rennes ville
AdresseCommune : Rennes
Adresse : 156 rue d'
Antrain
Cadastre : 1812 B 492 à 495 ; 1842 K 329 à 333 ; 1980 BC 35

L'ancien hôtel des Trois-Marches est attesté en 1690, selon Paul Banéat. Le cadastre de 1812 figure également une maison, située immédiatement au nord-est, dite Belle-Vue. Le cadastre de 1842 donne l'ensemble sous le nom des Trois-Marches. Une demande d'alignement est formulée par M. Gadby, en 1925, relative à une reconstruction. Les plans conservés aux archives communales attestent d'une extension de l'hôtel des Trois-Marches (bâtiment doublé à l'arrière) réalisée en 1911, de la construction d'une salle des fêtes, en 1933, sur les plans de l'architecte Hyacinthe Perrin, d'une seconde extension à l'ouest (entrée, vestiaire et lavabos) et buffet-fumoir construits en 1941 et en 1951, par l'entrepreneur Robert, enfin, en 1946, de la transformation des cuisines, sur les plans de l'architecte Louis Chouinard.

Période(s)Principale : 2e moitié 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1911, daté par source
1933, daté par source
1941, daté par source
1946, daté par source
1951, daté par source
Auteur(s)Auteur : Perrin Hyacinthe architecte attribution par source
Auteur : Chouinard Louis architecte attribution par source
Auteur : Robert entrepreneur attribution par source
Personnalité : Gadby commanditaire attribution par source

Edifice composé d'un corps de bâtiment en pan de bois (restauré) à un étage carré, doublé au sud, en moellons de schiste enduits, d'un corps central en retrait à un étage carré), reconstruit sur une base préexistante, reliant le bâtiment d'origine à un pavillon en moellons de schiste enduits à un étage carré et étage de comble, à deux travées sur rue. Au sud, en retour d'équerre, se trouve un corps en pan de bois enduit à un étage carré et étage de comble. Extension récente au sud, le long de l'allée Montabizé.

Mursbois
torchis
schiste
bois
torchis
enduit
enduit
pan de bois
moellon
pan de bois
Toitardoise
Étagesrez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, rez-de-chaussée surélevé, étage de comble
États conservationsrestauré
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. C. Rennes. Permis de construire 743 W 54. Rue d'Antrain (1908-1934) .

  • A. C. Rennes. Permis de construire ; 743 W 56. Rue d'Antrain (1940-1954) .

  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O 485. Voirie urbaine. Canton nord-est. Rue d'Antrain (1889-1951) .

Documents figurés
  • [1842]. Plan cadastral parcellaire de la commune de Rennes. Section K, dite de Saint-Laurent, 2e feuille, dessin, Jouchel du Ranquin, Roger, Viel, Ferré et Simon géomètres, 1842 (A. D. Ille-et-Vilaine).

  • [1812]. Plan cadastral parcellaire de la commune de Rennes. Section B, dite de Saint-Laurent, 3e feuille, dessin, 1812 (A. D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le Vieux Rennes. Rennes : Plihon et Hommay, [1911].

    p. 46