Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien village, dit bourg de Saint-Cast, actuellement quartier, dit du Bourg (Saint-Cast-le-Guildo)

Dossier IA22000405 réalisé en 1998

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • église
    • presbytère
    • école
    • mairie
    • poste
    • cimetière
    • maison

Œuvres contenues

Malgré la création d'un réseau de jonction avec les Mielles, autour de 1900, et la construction de la voie ferrée qui dessert le bourg à partir de 1907, le bourg qui n'était pas l'agglomération la plus importante de la commune est resté à l'écart de l'essor lié à la villégiature. L'hôtel de la Poste est le seul établissement hôtelier implanté au bourg. La configuration du site et des réseaux n'ont pas permis le développement significatif du bourg qui est resté scindé en deux pôles, l'un religieux, l'autre laïc. Quelques maisons de villégiature ont cependant été construites au nord-est de la nouvelle église, rue du Chêne-Vert, et rue de la Colonne, au sud-ouest du monument, sites qui offrent de vastes panoramas sur la baie.

Parties constituantes non étudiées église, presbytère, école, mairie, poste, cimetière, maison
Dénominations village, quartier
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Matignon
Adresse Commune : Saint-Cast-le-Guildo

La carte des ingénieurs de 1775 donne une première représentation du village qui s'étend au sud-ouest de l'ancien manoir, à la jonction des chemins menant à Lesrot et à l'Isle, au nord, à la Garde, au sud, enfin à Matignon, au sud-ouest. Le plan touristique publié en 1902 montre un développement du bourg qui s'est opéré vers le nord, jusqu'au carrefour de la Tour-Blanche. Le déplacement du cimetière près de la mairie école, sans doute au moment de la construction de la nouvelle église paroissiale, en 1899, marque le début du développement du bourg le long de la rue de la Colonne, axe vraisemblablement ouvert au moment de l'érection du monument, en 1858 et prolongé jusqu'aux Mielles, autour de 1900. L'ouverture de la voie ferrée, en 1907, et la construction d'une station, à la Touche, permettra le développement du bourg vers le sud. Le plan d'aménagement de 1932 montre que le pôle de la Touche est resté isolé, alors que la jonction avec le carrefour de la Tour-Blanche est achevée. Il figure également l'emplacement projeté du nouveau cimetière, rue de la Croix-Bienvenue.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Secteur aggloméré qui s'étend le long d'une voie unique depuis le moulin d'Anne, au sud, jusqu'à la Tour-Blanche, au nord, enfin au sud-ouest jusqu'à la Touche, le long de la route de Matignon. Il est structuré par une voie principale qui s'étend entre deux carrefours formant deux pôles distincts, l'ancien bourg où sont situés l'église paroissiale et le presbytère, le nouveau bourg, qui regroupe la mairie, l'école, la poste. Le village est relié aux autres pôles de la station par la rue de la Colonne et l'actuelle rue du Chêne-Vert, qui mènent aux Mielles, par la rue de Tourneuf, qui mène à Lesrot et à l'Isle, enfin par la rue du Moulin-d'Anne qui mène à la Garde et à Pen-Guen.

Statut de la propriété propriété privée