Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien faubourg de la Parcheminerie, actuellement rue de la Parcheminerie (Rennes)

Dossier IA35024451 inclus dans Secteur urbain, dit ville basse (Rennes) réalisé en 2000

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Avec la rue du Champ-Dolent, la rue de la Parcheminerie constitue la mémoire de ce quartier da la Basse-Ville, voué aux activités artisanales en liaison avec les ruisseaux de Brécé et de Joculé. Après la rénovation progressive de la ville basse, elle ne subsiste que de manière fragmentaire, par son tracé et par son dénivelé, signalant le niveau ancien de la voie.

Destinations faubourg, rue
Dénominations faubourg
Aire d'étude et canton Rennes ville - Rennes ville
Hydrographies Vilaine (la)
Adresse Commune : Rennes
Adresse : rue de la Parcheminerie

Attestée dès 1395 (Banéat), cette rue tire son nom de l'activité artisanale des parcheminiers qui y résidaient encore aux 17e et 18e siècles. Elle est dite aussi rue de la Basse-Parcheminerie, par opposition à la rue du même nom située dans la ville haute. Comme le montre la vue d´Argentré en 1616 (doc. 1) qui en donne une première représentation, elle traverse un îlot délimité par les ruisseaux de Brécé et de Joculé, et prolonge la rue de la Poissonnerie (actuelle rue d´Argentré) et mène à l'église de Toussaints, formant à l'origine une portion de l'ancienne route d'Angers. Le plan conçu par l´ingénieur Robelin en 1726, pour la reconstruction de la ville dévastée par un incendie en 1720, figure sa disparition partielle et la rectification de la partie occidentale mais le projet ne sera pas mis a exécution dans la ville basse (doc. 2). Les archives communales de la série O indiquent qu´au milieu du 19e siècle l'ouverture de la rue de Nemours, coupant la rue en deux parties, nécessite un raccordement pour racheter la forte différence de niveau ; ce raccordement est projeté sous la forme d'un escalier, en 1846, puis d'une rampe, en 1848. La rampe, construite en 1853 pour permettre l'accès des voitures aux ateliers, est réparée en 1858. A l´extrémité ouest, l´aménagement d´une place est projeté en 1849 (doc. 3). Une pétition des habitants signale le mauvais état de la rue, en 1854. En 1909, les habitants demandent la destruction des maisons subsistant à la jonction avec la rue du Champ-Dolent, à l'extrémité ouest de la rue (doc. 4).

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1846, daté par travaux historiques
1848, daté par source
1853, daté par source

Rue au tracé courbe d´une largeur de 10 m et de 8 m dans sa partie la plus étroite. La voie est reliée aux rues en surplomb au nord (rue La-Chalotais) et à l´est (rue de Nemours) par une pente rachetant la différence de niveau ; elle s´achève par une petite place en contrebas de la rue La-Chalotais. Vestiges du parcellaire médiéval à l´ouest, sur la rive sud de la voie.

Typologies type linéaire

Données complémentaire architecture Rennes

HYPO mutation
PHYPO faubourg de type linéaire devenu rue
IAUT typicum
ICHR typicum
IESP typicum aire d'étude
ICONTX structurant
ITOPO site de périphérie
POS sans objet
SEL étudié
Statut de la propriété propriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O360. Voirie urbaine. Canton sud-ouest. Rue de la Parcheminerie (1851-1909) .

Documents figurés
  • [1909]. Plan des maisons à détruire, à la demande des habitants, dessin, [1909] (A. C. Rennes 1 O 360).

  • [1849]. Projet pour l'ouverture de trois rues nouvelles dans la partie sud de la ville, dessin, 1849 (A. C. Rennes).

  • [1616]. Rennes, ville capitale de Bretagne et siège du Parlement 1616, fac-similé du plan de l'Histoire de Bretagne de Bertrand d'Argentré, 3 éd., 1618 (A. C. Rennes ; 1 FI 42).

  • [1850 ca]. Les remparts près de la porte Blanche, photographie reproduite par Le Couturier, vers 1920 (A. D. Ille-et-Vilaine ; 8 Fi 350).

  • [1726]. Plan de Rennes, levé par Forestier, gravé par Robinet, 1726 (B. M. Rennes).