Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fiche

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées voie ferrée, stationnement
Dénominations boulevard
Aire d'étude et canton Rennes ville - Rennes ville
Adresse Commune : Rennes
Adresse : boulevard de Metz

Tronçon de l'ancien chemin vicinal ordinaire n°30, reliant la rue de Fougères à la rue de Paris, dont le tracé est défini en 1878. Les acquisitions de terrains et les expropriations ont lieu entre 1879 et 1883. La voie est équipée d'un égout en 1896. Le plan d'aménagement de 1928 prévoit son élargissement à 20m et des pans coupés aux intersections. La construction de trottoirs et de caniveaux est réalisée en 1939 par la société des Paveurs de l'Ouest, établie à Nantes. A l'origine, le boulevard est planté de tilleuls, dont les habitants demandent l'abattage entre 1903 et 1909.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1878, daté par source
1896, daté par source
1939, daté par source
Auteur(s) Auteur : Société des Paveurs de l'Ouest, entrepreneur, attribution par source
Personnalité : Ville de Rennes, commanditaire, attribution par source

Voie ferrée supprimée. Aménagement de places de stationnement. Plantations supprimées.

Typologies réseau de jonction

Données complémentaire architecture Rennes

SCLE1 1878
IAUT sans objet
ICHR typicum
IESP typicum
ICONTX structurant
ITOPO site de périphérie
POS sans objet
SEL repéré
Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Lettre jointe à la pétition du 9 juin 1911

    "J'ai l'honneur de vous soumettre la pétition ci-jointe des habitants des boulevards de Strasbourg et de Metz, laquelle j'appuie chaleureusement parce que j'en reconnais le bien-fondé.

    Les arbres des dits boulevards sont sans doute très utile à cause des chaleurs pour les promeneurs, mais aujourd'hui, c'est-à-dire depuis qu'on y a construit de nombreuses maisons, ils sont devenus nuisibles surtout au point de vue de l'hygiène.

    D'abord les branches de ces arbres rentrent dans certaines maisons, et dès 4 heures du soir procurent une profonde obscurité, et provoquent une humidité dans presque tous les rez-de-chaussée, sauf pour les maisons éloignées du boulevard. [...]".

  • Pétition adressée au maire, datée du 9 juin 1911

    "Les habitants des boulevards de Strasbourg et de Metz [...] ont l'honneur de faire appel à votre bienveillance pour vous demander la suppression totale (ou tout au moins un sur deux avec un élagage à 1 m 50) des marronniers et des tilleuls existant sur les dits boulevards.

    Ces arbres placés en bordure des maisons n'ayant pas été émondés depuis longtemps, les branches sont devenues très fortes et ont pris une extension considérable.

    Il en résulte que l'épaisse frondaison qui s'est produite donne de l'humidité aux habitations et empêche, contrairement à l'hygiène, l'air et la lumière de pénétrer dans les appartements.

    Nous ajoutons en outre, que lorsque les marrons sont bons à cueillir, les enfants pour les faire tomber, déchirent les arbres et lancent, à tout hasard, des pierres au risque de blesser les passants ainsi que les personnes qui se trouvent dans leurs propriétés (sic). Cet état de chose est un danger permanent.

    Dans ces conditions, c'est avec confiance, messieurs, que nous vous adressons cette requête et nous espérons que vous voudrez bien y faire droit tant au point de vue de l'hygiène que de la sécurité publique.".

  • Pétition adressée par les habitants du boulevard de Metz et des rues avoisinantes, arrivée en mairie le 18 juin 1911

    "Emus par les effets que peut avoir une pétition qui circule dans le quartier, pétition réclamant l'abattage des arbres du boulevard de Metz, cette requête en effet est faite dans les termes tels que bien des signataires ont pu se laisser surprendre car tout en demandant - ce que les signataires accepteraient à la rigueur - qu'un arbre sur deux soit abattu, elle semble cacher une arrière-pensée et conclure plutôt à l'abattage total.

    Les soussignés vous prient de bien prendre en considération les remarques suivantes :

    a) Les auteurs de la pétition demandant l'abattage se basent sur des questions d'hygiène, alors que de tout temps, les arbres ont été reconnus de puissants agents de salubrité et nous, partant de ce principe, nous affirmons qu'outre l'utilité incontestable au point de vue de l'hygiène, ils rendent encore aux riverains de ce boulevard constamment sillonné par les automobiles et le tramway à vapeur d'appréciables services en empêchant les mauvaises odeurs, la poussière et la fumée de pénétrer dans les appartements.

    b) Le boulevard de Metz, un des plus jolis et des plus passagers de Rennes, grâce justement à son feuillage perdrait tout son attrait si les arbres disparaissaient et les petits commerçants du quartier seraient les premiers à en subir le préjudice.

    c) La plupart des habitats sont venus ici se fixer presque exclusivement à cause du bien-être que leur procurait l'attrait de cette promenade si fréquentée.

    d) Et enfin, un grand nombre de petits propriétaires y ont fait bâtir le plus simplement possible leur habitation (pour la plupart à Bon Marché) comptant sur le voisinage des arbres pour pallier ou cacher l'insuffisance de style de leurs demeures (sic) de sorte que si les arbres qui en font précisément le charme venaient à disparaître le boulevard perdrait du même coup son esthétique et deviendrait tout le contraire de ce qu'il est. Le boulevard Sévigné peut servir d'exemple.

    Et pour qu'il ne subsiste aucun malentendu les soussignés, tous habitant le boulevard de Metz auxquels, dans l'autre pétition on a mêlé, non sans intention, ceux du boulevard de Strasbourg, vous prions de laisser les choses en l'état plutôt que de décider l'abattage complet des arbres, tout en leur faisant subir en cas de besoin un élagage sérieux aux endroits nécessaires, et en temps voulu. [...]"

    Parmi les signataires, Albert Feuillerat annote le texte de la remarque suivante :

    "J'ajouterai aux considérations ci-dessus, que pendant tout l'été, le boulevard de Metz est un lieu de réunion pour les jeunes enfants qui y trouvent de la fraîcheur et peuvent s'ébattre en toute liberté dans les champs avoisinants. Privera-t-on ces enfants et les mères qui les accompagnent d'un coin de verdure unique à Rennes ? ".

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O 158. Voirie urbaine. Canton nord-est. Boulevard de Metz (1882-1941) .

  • A. C. Rennes. Permis de construire. 777 W 23. Boulevard de Metz (1910-1939) .

  • A. C. Rennes. Permis de construire ; 777 W 24. Boulevard de Metz (1940-1957) .

  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O 94. Voirie urbaine. Canton nord-est. Rue Anatole-Le Braz (1881-1932) .

  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O 188. Voirie urbaine. Canton nord-est. Boulevard Volney (1877-1941) .

  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O 179. Voirie urbaine. Canton nord-est. Boulevard de Strasbourg (1876-1939) .