Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ancien chemin vicinal n° 15, actuellement rue Papu (Rennes)

Dossier IA35024379 inclus dans Ancien Bourg Saint-Cyr, actuellement quartier, dit Saint-Cyr (Rennes) réalisé en 2000

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées pont, stationnement, école, cercle, école primaire
Dénominations rue
Aire d'étude et canton Rennes ville - Rennes ville
Adresse Commune : Rennes
Adresse : rue Papu

Le prolongement et la rectification de l'ancienne ruelle de Saint-Cyr, depuis le faubourg de Brest jusqu'au nouvel octroi, fait l'objet d'un plan soumis au conseil municipal par l'architecte voyer Boullet, en 1863. La largeur est fixée à 8 m et un devis pour la macadamisation est proposé par l'entrepreneur de la maison centrale Beynel. En 1866, un nouveau tracé doit permettre l'élargissement du chemin. L'entrepreneur Reuzé obtient l'adjudication des travaux de construction de la voie, entre la rue de Brest et la rivière de l'Ille, suivant un tracé projeté en 1871, en lien avec l'ouverture de la rue Vanneau. Un plan d'alignement est dessiné par l'architecte voyer Charles Fouré, en 1883. En 1887, la rue est élargie à 10 m. L'entrepreneur Boutineaud construit les trottoirs et les caniveaux, en 1893, suivant une largeur fixée à 12 m. Un nouvel alignement est défini en 1938, portant la largeur de la voie à 12 m et conservant des pans coupés de 20 m à l'intersection avec la rue Vanneau.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1863, daté par source
1876, daté par source
1883, daté par source
1893, daté par source
Auteur(s) Auteur : Boullet, architecte voyer, attribution par source
Auteur : Beynel, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Fouré Charles, architecte voyer, attribution par source
Auteur : Boutineaud Jean-Baptiste, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Reuzé, entrepreneur, attribution par source
Personnalité : Martin maire, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Ville de Rennes, commanditaire, attribution par source

Aménagement de places de stationnement.

Données complémentaire architecture Rennes

HYPO réseau de jonction
SCLE1 1871
IAUT typicum
ICHR typicum
IESP typicum aire d'étude
ICONTX structurant
ITOPO site de périphérie
POS sans objet
SEL repéré
Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Exposé du projet par Boullet, en 1871

    Le projet consiste 1° en une rue joignant le quai Saint-Cyr au point où l'on a projeté un pont (en prolongement de la rue de l'Abattoir) à la ruelle du puits Chartier, transformée en première section du boulevard de ceinture, cette rue traverse le Mail, la rivière d'Ille et le point au faubourg de Brest, en face de la ruelle du puits Chartier ; 2° en une rue établie dans le prolongement de la rue de Brest jusqu'à la précédente, puis de là se joignant à la 2e section de la ruelle Saint-Cyr.

    Une place est projetée à l'intersection des deux rues afin d'en dissimuler la jonction irrégulière et faciliter la circulation.

    Il paraît évident en examinant le plan que ces deux rues devront, dans un avenir prochain, franchir la rivière d'Ille ; il en résulte que l'on a dû se préoccuper de la hauteur des ponts futurs. Il a paru rationnel d'adopter la hauteur du pont du Mail sur l'Ille afin de permettre aux bateaux de remonter jusqu'au vieux pont de Brest et de donner aux terrains toutes facilités de devenir des chantiers et des usines. C'est dans cette prévision que sont établis les profils joints au projet ; ils donnent des pentes raisonnables puisque la plus forte serait celle de la section située entre le pont de l'abattoir et le Mail [...].

    Le raccord avec la ruelle Saint-Cyr pourrait se faire provisoirement par un palier horizontal jusqu'à rectification ultérieure [...].".

  • Rapport concernant les travaux projetés par la ville de Rennes pour l'ouverture de voies nouvelles et pour la construction de deux ponts, par le directeur général des Ponts-et-Chaussées et des Chemins de fer, E. Franqueville, le 7 juillet 1873 (A. C. Rennes 1 0 468).

    "Dans le courant de 1871, la ville de Rennes a projeté deux chemins vicinaux.

    Le premier (chemin n°27), partant de la rue qui longe la face orientale de l'abattoir [rue Malakoff], traverserait à angle droit la Vilaine canalisée, obliquement la promenade du Mail, dont le milieu est occupé par la chaussée de la route nationale n° 164bis, franchirait un des bras de l'Ille, et viendrait se souder à la sortie de la ville sur la route nationale n° 137.

    Le second chemin projeté, classé sous le n° 15, se composerait de deux parties qui seraient le prolongement, l'une vers l'est, du chemin vicinal déjà classé sous le n° 15 ; l'autre vers l'ouest, de la rue de Brest. Le premier prolongement, dont l'intersection se fait sur le chemin n°27 projeté, rencontre sous une direction très oblique l'ancien cours de la rivière de l'Ille, aujourd'hui remplacé par la dernière dérivation du canal d'Ille-et-Rance, de sorte qu'il sera nécessaire de rectifier le lit pour traverser la rivière à angle droit.

    En résumé, deux routes nationales, une rivière canalisée et un bras de rivière dépendant d'un canal de navigation, sont touchés par les travaux de simple vicinalité que projette la ville.

    [...] M. Bellinger, chargé du service de la navigation [...] demanda une modification du tracé.

    Le tracé fut modifié mais l'administration ne fut pas consultée et le 19 décembre 1871, votre prédécesseur prenait un arrêté de classement des deux chemins projetés. [...]

    Une seconde enquête a eu lieu à la mairie de Rennes, du 10 au 25 mai 1872, suivant les formes prescrites par l'ordonnance du 23 août 1835, relative à l'exécution des travaux d'intérêt purement communal, et n'a soulevé aucune réclamation de la part des particuliers. [...]

    Une troisième enquête, dite d'intérêt privé, a eu lieu et a été suivie d'une délibération de la commission départementale, en date du 9 janvier 1873, qui propose, d'accord avec le conseil municipal, de passer outre à deux réclamations, les seules qui aient été présentées, et qui sont de nature de celles qui se résolvent en une question d'indemnité.

    Vers la même époque, un riverain a fait signer à des voisins une pétition collective, pour protester contre l'entreprise de la ville.

    M. l'ingénieur en chef, saisi par le préfet de cette pétition, a rappelé ses observations précédentes, en indiquant la marche à suivre pour régulariser l'affaire. Le même riverain s'est d'ailleurs adressé directement à l'administration, qui a demandé les rapports des ingénieurs. Ces rapports ont été produits les 28-31 mars et l'ingénieur en chef, résumant les phases diverses de la question, annonce que le jugement d'expropriation a été rendu le 20 janvier 1873 [...].

    Ce qui contribue à compliquer l'affaire d'une manière fâcheuse pour les intérêts de la ville, c'est que le plan soumis à l'enquête d'utilité publique n'est pas, comme l'allègue à tort la commission départementale [...] celui qui a été dressé d'accord avec les ingénieurs qui l'ont au contraire combattu pour y faire substituer le plan de la conférence. Mais ce dernier ne pouvait devenir exécutoire qu'après approbation ministérielle, et le ministre n'a pas été saisi de la question.[...]".

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O 442. Voirie urbaine. Canton Nord-Ouest. Rue Papu (1810-1948) .

  • A. C. Rennes. Série C ; C 2 - 7. Exposé des principaux actes de l'administration de M. Martin, maire de Rennes, à partir de l'année 1871. Rennes : Alphonse Leroy fils imprimeur, 1877.

  • A. C. Rennes. Série O ; 1 O 468. Voirie urbaine. Canton nord-ouest. Boulevard de Verdun (1855-1880) .

Documents figurés
  • [1883]. Plan d'alignement de la traverse de Rennes dessin, 1883 (A. C. Rennes).

  • [1874]. Projet de rectification de la rivière de l'Ille dans les prés de Brie, dessin, par Boullet, 11 avril 1874 (A. C. Rennes).