Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ancien château de Coëtlogon, puis école de Laiterie, actuellement lycée professionnel, avenue de Coëtlogon (Rennes)

Dossier IA35026487 inclus dans Secteur rural Nord-Ouest (Rennes) réalisé en 2001

Fiche

L´aspect actuel du château, d´une ordonnance très classique, est caractéristique des dernières décennies du 17e siècle. Il laisse peu transparaître à l´extérieur, si ce n´est par les nombreux réemplois de matériaux repérables dans les baies qu´il s´agit du rhabillage d´un ancien manoir du 15e siècle. A l´intérieur toutefois, la grande cheminée de la salle basse, au nord, présente des jambages à colonnettes qui appartiennent certainement au logis construit par la famille de Romelin dans la deuxième moitié du 15e siècle. Un acte de 1730, sans doute rédigé à l´occasion de travaux, signale la présence d´écus aux armes de Romelin sur des linteaux de portes. Toute la partie supérieure de cette cheminée a été remontée au 17e siècle lors des importants travaux qui ont transformé l´ancien manoir gothique en château classique. Ce manoir primitif devait être d´une certaine ampleur, cerné de douve et précédé à l´entrée de la cour par un corps de logis, sorte de logis-porte, marqué sur le cadastre de 1842, servant alors d´habitation au fermier et encore représenté sur une gravure de la fin du 19e siècle.

Il est curieux de constater que si l´architecture du château, ses baies à linteau droit, ses portes à traverse de pierre, sa corniche à modillons, et ses lucarnes à frontons cintrés et triangulaires alternés appartiennent clairement au style de la fin du 17e siècle, l´escalier principal en revanche avec ses balustres de bois tournés est tout à fait caractéristique des années 1730. D´autre part, aucun décor de boiseries n´a été conservé au rez-de-chaussée, mais ceux que l´on retrouve à l´étage ne sont pas non plus antérieurs au 18e siècle. Il est d´ailleurs intéressant de noter que les pièces du comble sont habillées de boiseries simples mais soignées, avec alcôves et chauffées de cheminées à pilastres cannelés, datables de la fin du 18e siècle, qui en font incontestablement des chambres de maître. On peut alors se demander si le château de Coëtlogon, parvenu dès 1730 dans les mains de la puissante famille de Boisgelin, marquis de Cucé et baron de la Roche-Bernard, qui possédait déjà parmi de très nombreuses seigneuries et châteaux, celui de Cucé à Cesson, ne fut pas dès lors transformé en logis partagé, le propriétaire s´y réservant l´usage des étages lors de ces séjours occasionnels.

Destinationsmanoir, château, école professionnelle
Parties constituantes non étudiéescanal, mail, chapelle, colombier
Dénominationschâteau, école professionnelle
Aire d'étude et cantonRennes ville - Rennes ville
AdresseCommune : Rennes
Lieu-dit : Coëtlogon
Adresse : avenue de Coëtlogon

Au 15e siècle la seigneurie de la Lande appartient à la famille de Romelin ; un inventaire du château de 1730 y signale des écus aux armes de cette famille sur les linteaux de portes. La terre passe par alliance au début du 16e siècle aux Le Rouge seigneurs de Kerbério, puis en 1536 aux Coëtlogon, famille chevaleresque d´ancienne extraction dont le nom est resté attaché à celui du lieu. La terre change deux fois de mains à la fin du 17e siècle, en 1682 puis en 1699. Le jardin principal, au nord du manoir est cité en 1656. Ces ventes successives sont sans doute à rapprocher de la reconstruction générale de l´ancien logis du manoir qui lui confère son aspect actuel. En 1730, le domaine est aux mains de la famille de Boisgelin de Cucé et à la veille de la Révolution aux Charrette de la Colinière qui reconstruit en 1784 la chapelle. Jusqu´au début du 19e siècle la cour du manoir et ses bâtiments sont entourés de douves en eau. En 1842 le domaine de Coëtlogon appartient au comte de Bertrand de Beaumont qui réside à Paris. Le château sert alors de retenue au propriétaire. Une école de laiterie est installée à la fin du 19e siècle. De nouveaux bâtiments sont construits par l´architecte Jean-Marie Laloy à la place de l´ancienne métairie, à l´ouest de la cour du château. Selon l'ouvrage de Paul Banéat, la chapelle, mentionnée dans un acte notarié de 1682, est reconstruite en 1784. Le cadastre de 1812 figure une douve qui ceinturait le pourpris, partiellement comblée sur le cadastre de 1842, sur lequel apparaît un vivier, au sud. Un colombier octogonal, visible sur le cadastre de 1842, apparaît sur la gravure représentant le château au début du 20e siècle.

Période(s)Principale : 15e siècle
Principale : 2e moitié 17e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Mursschiste
brique creuse
enduit
enduit
moellon
béton armé
Toitardoise
Étagesrez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Rennes. Ecole nationale de laiterie de Coëtlogon, carte postale, 1er quart 20e siècle (fonds Lagrée).

  • La Bretagne illustrée. Le château de Coëtlogon (Ille-et-Vilaine) , carte postale, 1er quart 20e siècle (fonds Lagrée).

  • Château de Coëtlogon, gravure, 1er quart 20e siècle. In Annuaire de Rennes.

  • [1842]. Plan cadastral parcellaire de la commune de Rennes. Section H, dite de Coëtlogon, 2e feuille, dessin, Jouchel du Ranquin, Roger, Viel, Ferré et Simon géomètres, 1842 (A. D. Ille-et-Vilaine).

  • [1812]. Plan cadastral parcellaire de la commune de Rennes. Section J, dite de Coëtlogon, dessin, 1812 (A. D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, histoire, archéologie, monuments. Rennes : Librairie Moderne J. Larcher, 1927-1929.

    p. 261-262