Logo ={0} - Retour à l'accueil

Abbaye de Daoulas, actuellement église paroissiale Notre-Dame, centre d´exposition, parc (Daoulas)

Dossier IA29003383 réalisé en 2006

L'abbaye Notre-Dame de Daoulas de l'ordre de Saint-Augustin est le seul monastère de l'ordre conservé en Bretagne pour la période romane. Seule l'ancienne église de Sainte-Croix de Guingamp possède encore des vestiges de sa tour de croisée. A ce titre l'abbaye est un témoin important car rare de l'architecture monastique bretonne. Plusieurs éléments importants sont conservés sur le site : à savoir la façade occidentale, la nef et le bas-côté nord de l'église, la façade de l'ancienne salle capitulaire ainsi que trois élévations du cloître.

Genrede chanoines réguliers de saint Augustin
VocablesNotre-Dame
Destinationséglise paroissiale, parc
Parties constituantes non étudiéeséglise, cloître, salle capitulaire, église paroissiale
Dénominationsabbaye
Aire d'étude et cantonBretagne - Daoulas
AdresseCommune : Daoulas

L´abbaye est la seule, parmi les neuf monastères de l´ordre de Saint-Augustin en Bretagne à s´être établie dans cette extrémité occidentale de la région. Elle est édifiée dans l´estuaire de la rivière de Daoulas, en rade de Brest, à la limite entre les diocèses de Léon et de Cornouaille (Quimper). Selon la Vie légendaire de saint Joua, celui-ci aurait été le premier abbé d´un monastère fondé sur le site de Daoulas au cours du 6e siècle. Cette fondation serait due à un seigneur du Faou, désireux d´expier ainsi un double meurtre commis sur deux moines du nom de Tudec et Judulus. Il s´agit d´une légende peu vraisemblable, les fouilles archéologiques menées sur le site n´ont pu mettre en évidence une occupation du site antérieure au 12e siècle. La fondation de l´abbaye au 12e siècle s´est faite à l´initiative de Guyomarc´h, vicomte de Léon et de sa femme, Nobile. La date pose plusieurs problèmes et ne peut-être clairement définie. Il semble que dès 1101 l´ordre de Saint-Augustin est introduit à Daoulas, mais ce dont on est certain c´est que la construction de l´église abbatiale débute en 1167 pour s'achever en 1173 et sa consécration a lieu en 1232. Au 12 et 13e siècles l´abbaye connaît une période de grande prospérité avec la multiplication de donations, faites d´une part par les seigneurs de Léon, d´autre part par les évêques de Quimper. Au 14e siècle la guerre de Cent ans cause des dégâts sur les bâtiments, restaurés sous l´abbatiat de Jean Guerault (1350-1398). C´est vers 1600 que l´abbaye est mise en commende, le premier abbé commendataire est un certain René de Rieux. En 1692, le roi décide d´unir l´abbaye au séminaire royal des aumôniers de la marine de Brest, dirigé par les jésuites. Certains moines s´y opposent, ce qui est la cause d´un long procès. A la Révolution les moines doivent quitter le monastère. En 1790, l´église devient paroissiale et en 1792 les bâtiments sont vendus. Dans les années 1800 plusieurs pierres du cloître sont dispersées et certains des bâtiments détruits. A partir de 1880 débute la restauration menée par l´architecte Bigot. Cinq familles de propriétaires différentes se succèdent jusqu´en 1947 où l´abbaye est achetée par la Congrégation des soeurs franciscaines de Blois qui y installent une école puis une maison de repos dès 1960. En 1984 elles vendent ces bâtiments, dont le Conseil général du Finistère se porte acquéreur. Suite aux fouilles archéologiques menées sur le site de l´ancienne abbaye de Daoulas au début des années 90, nous connaissons mieux aujourd´hui l´organisation spatiale du monastère, la disposition des salles et les différentes périodes de construction des bâtiments conventuels. Précisons dans un premier temps que les fouilles conduites sur le site n´ont pas permis d´identifier une période d´occupation antérieure au 12e siècle. Philippe Guigon le soulignait d´ailleurs : "La fouille menée à partir de 1990 dans le cloître confirme que les plus anciens niveaux de l´installation monastique ne sont guère antérieurs au milieu du 12e siècle". Pourtant M. Bailleu soulignait en 1990 que "la salle capitulaire, quant à elle, fournit d´importants résultats permettant de confirmer l´existence de constructions antérieures à l´édification de l´abbaye".

Période(s)Principale : 2e moitié 12e siècle
Secondaire : 14e siècle
Secondaire : 16e siècle
Secondaire : 19e siècle
Auteur(s)Personnalité : Guyomarc´h , dit(e) commanditaire attribution par source
Personnalité : Nobile , dit(e) commanditaire attribution par source

L´église abbatiale se trouvait au sud de l´ensemble monastique qui s´organisait autour du cloître. Le choeur de l´abbatiale devait communiquer avec le bâtiment fermant le cloître à l´est. L´aile Est, datée de la période de construction de l´église, peut-être même légèrement antérieure comme le laisserait supposer la façade de la salle capitulaire, comprenait du Nord au Sud : la sacristie, le chapitre et le chartrier. En retour avec l´aile Est s´est développée l´aile Nord dont l´existence remonterait au milieu du 13e siècle. Ce bâtiment abritait les cuisines à l´Est et le réfectoire à l´Ouest. Un foyer central fonctionnant comme brasero a été mis au jour lors des fouilles et correspondrait donc à une partie des cuisines aménagées dès le 12e siècle. Par la suite l´aile Ouest fut remaniée, probablement au 14e siècle, elle contenait le logis de l´abbé ainsi que des salles d´hôtes. Les fouilles ont permis la mise au jour de structures artisanales telles que foyers, four de verrier, moule à cloche mais aussi des fosses à eaux, puits, bassin et citerne qui s´articulaient autour du lavabo situé dans l´angle Nord-Ouest du cloître. La fouille des galeries à mis en évidence l´existence de nombreuses sépultures dans le cloître. Ce dernier servit donc d´emplacement au chantier de construction de l´abbaye du 12e siècle avant d´être remblayé mais il fut également employé comme lieu d´inhumation.

Murskersantite
granite
Statut de la propriétépropriété du département
propriété de la commune
Protectionsclassé MH, 1886/07/12
classé MH, 2004/03/29

Références documentaires

Bibliographie
  • BARRAL I ALTET X., Art roman en Bretagne, Luçon, Gisserot, 2005.

    p. 8.
  • COUFFON R. & LE BARS A., Nouveau répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper et de Léon, Bannalec, Imp. Régionale, 1988.

    p. 79-80.
  • DANGUY M.C., Restauration du cloître et de l´église de Daoulas, DES Arts, Rennes II, 1965.

  • DEMANET G., L´abbaye de Daoulas aux 17 et 18e siècles, 2004, Maîtrise d'histoire, 2 vol.

  • DEUFFIC J.L, Les abbayes bretonnes, Paris, Fayard, 1983.

    p. 129-138.
  • FALC´HUN F., Daoulas, Rennes, Ouest France, 1981.

  • GAZEAU F., Daoulas et son abbaïe, au doux pays de Bretagne et de France, Daoulas, 1990.

  • GRAND R., L´art roman en Bretagne, Paris, Picard, 1958.

    p. 256-259.
  • GUIGON P., L´architecture pré-romane en Bretagne, le premier art roman, Rennes, PEAO, 1993.

    p. 17.
  • LEVOT LEFOURNIER P., Daoulas et son abbaye, Brest, 1879.

  • MUSSAT A., Deux cloîtres bretons du XIIe siècle, in : Mélanges offerts à René Crozet, Poitiers, Société d´études médiévales, 1966.

  • QUINTIN M.J. (dir.), Plougastel-Daoulas : patrimoine architectural et statuaire, Landerneau, 1987.

  • ROGER A., L´abbaye, Daoulas, Daoulas, Centre culturel de l´abbaye de Daoulas, 1997.

  • TILLET L.M., Bretagne romane, La Pierre-qui-Vire, Zodiaque, 1982, (coll. La nuit des temps).

    p. 175-197.
Périodiques
  • BAILLEU M., Daoulas, abbaye, in : BSAF, 1990.

    p. 90-92.
  • BAILLEU M., Archéologie médiévale, n° 22, 1992, Paris, CNRS, 1992 ; n° 23, 1993, Paris, CNRS, 1993.

  • BAILLEU M., Bilan scientifique DRAC Bretagne et SRA, 1992, Rennes, ministère éducation nationale et culture, 1993, p. 35-36 ; 1993, Rennes, 1994, p. 33-34 ; 1994, Rennes, 1995.

    p. 31-32.
  • DEUFFIC J.L., Daoulas au Moyen Age, son abbaye, son château, son port..., in : Les cahiers de l´Iroise, n° 106, 1980.

    p. 85-92.
  • DEUFFIC J.L., Anciennes coutumes de l´abbaye Notre Dame de Daoulas, in : BSAF, T. CXVI, 1998.

    p. 223-227.
  • LECUREUX L., Daoulas, in : Congrès archéologique de France, Brest et Vannes, Paris, Société française d´archéologie, 1914.

    p. 19-24.
  • PEYRON P., L´abbaye de Daoulas, in : BSAF, T. XXIV, 1897.

  • PEYRON P., Les églises et chapelles du diocèse de Quimper, in : BSAF, T. XXXI, 1904.

Liens web